La réponse de l’Eglise au tremblement de terre en Equateur

Suite à un tremblement de terre d’une magnitude de 7,8 ayant frappé la région côtière d’Esmeraldas, en Équateur, plus de 500 personnes se sont réfugiées à la cathédrale catholique du Christ-Roi.

La crainte d’un tsunami était palpable. La cour grouillait de familles, de personnes âgées et de jeunes enfants à demi-vêtus, qui s’apprêtaient à prendre un bain ou à aller se coucher lorsque le tremblement de terre a frappé à 18h58 samedi soir.

La plupart des édifices religieux ont été détruits si bien que l’aide humanitaire a eu lieu dans la rue. Crédit photo: Caritas Equateur

La plupart des édifices religieux ont été détruits si bien que l’aide humanitaire a eu lieu dans la rue. Crédit photo: Caritas Equateur

L’évêque Eugenio Arellano est arrivé peu de temps après. « Il se trouvait dans sa voiture lorsque le tremblement de terre a frappé et a d’abord cru qu’il avait un pneu crevé », a déclaré Segundo Zambrano, un journaliste travaillant pour Antena Libre, une station de radio catholique locale.

Le tremblement de terre a mis à mal l’ensemble des télécommunications; les appels entrants et sortants étaient impossibles. L’électricité a été coupée et les enfants étaient assoiffés et avaient besoin de boire de l’eau.

« L’évêque était très inquiet car il n’y avait aucune aide en vue, » a déclaré Zambrano. « Il est allé au beau milieu de la rue et a agité une lampe de poche pour qu’un policier le remarque et vienne aider les gens à la cathédrale du Christ-Roi ».

L’ampleur des dégâts a énormément choqué la population. Le bilan actuel fait état de plus de 400 morts et devrait s’alourdir. Plus de 2 000 personnes ont été blessées et beaucoup ont perdu leur maison ou ont peur d’y dormir. L’évêque est resté avec ses paroissiens pour distribuer de l’eau jusqu’à ce que l’alerte tsunami soit levée et que les gens rentrent chez eux.

Caritas Equateur et l’Eglise ont immédiatement vu les dons augmenter et ont servi de point de collecte pour les biens en nature. Les articles spécialisés tels que des médicaments sont acheminés par le gouvernement, tandis que quinze camions remplis à ras bord ont été envoyés par l’Eglise dans la région d’Esmeraldas, afin de fournir des besoins de première nécessité aux familles.

Les dons ont constitué une véritable bouée de sauvetage. La région d’Esmeraldas était au départ difficile d’accès car les routes étaient bloquées par les dégâts et les débris. D’autres itinéraires ont été mis en place pour faire parvenir les besoins de première nécessité, explique Zambrano.

Les articles les plus demandés sont des articles de cuisine réutilisables pour que les gens puissent se faire à manger. Les mères de nourrissons ont également besoin de couches. Crédit photo: Caritas Equateur

Les articles les plus demandés sont des articles de cuisine réutilisables pour que les gens puissent se faire à manger. Les mères de nourrissons ont également besoin de couches. Crédit photo: Caritas Equateur

Selon le vicaire général Fr. Silvino Mina, les articles les plus demandés sont des articles de cuisine réutilisables pour que les gens puissent se faire à manger. Les mères de nourrissons ont également besoin de couches.

Le lendemain du tremblement de terre, l’évêque s’est rendu dans les zones touchées par la catastrophe. Il a vu plus de 330 maisons détruites et beaucoup d’autres fissurées ou sans toit. La reconstruction et la réhabilitation des maisons seront une priorité absolue.

« Nous invitons nos frères à faire preuve de solidarité, » a déclaré Fr. Silvino. « L’évêque cherche à obtenir un soutien financier pour financer l’achat de matériaux de construction. La plupart des maisons ont besoin d’un toit. »

« L’Eglise s’est immédiatement tournée vers notre peuple, » a déclaré Fr. Silvino. Nous devons être porteurs d’un message d’espoir. Nous ne pouvons pas perdre espoir et nous devons continuer à travailler pour ceux qui vivent dans la région d’Esmeraldas. Nous devons avoir foi en Dieu, qui apportera son soutien par le biais de mains généreuses à travers le monde. Que Dieu les bénisse tous. »

La capitale de la province de Manabí, Portoviejo, a été durement touchée. L’Eglise a fourni un abri à 600 personnes, mais la plupart des édifices religieux ont été détruits.
Fr. Richard Garcia, de la paroisse de San Juan à Portoviejo, a déclaré: « Ce dont nous avons le plus besoin, c’est d’eau potable, de tentes imperméables, de matelas couverts, d’équipements de cuisine pour cuisiner pour la communauté ainsi que de nourriture. »

« Au sein de ma paroisse, nous distribuons de la nourriture à plus d’une centaine de personnes, mais à Benno, une paroisse voisine, 400 personnes ont reçu de la nourriture. C’est pourquoi nous avons besoin de cuisinières et de bouteilles de gaz.»

« Une messe a été célébrée hier pour l’enterrement d’un couple défunt; aujourd’hui, une autre messe sera donnée en l’honneur d’une femme qui est décédée lors du tremblement de terre. C’est très triste mais au moins, les familles ont le corps des défunts. Certaines personnes sont toujours à la recherche du corps de leurs proches parmi les décombres. »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.