Sauvez Alep

La bataille livrée pour la prise de la ville syrienne d’Alep a fait des centaines de morts et de blessés. Il y a eu plus de 2300 tirs au mortier entre le 23 avril et le 3 mai. Les combats mettent en péril un cessez-le-feu fragile dans un pays qui endure la guerre depuis 5 ans.  Joseph, un employé de Caritas Syrie à Alep, a envoyé ce rapport.

L’appartement du personnel de Caritas à Alep.

L’appartement du personnel de Caritas à Alep. Source:Caritas Syrie

“Qu’est-ce qui se passe? Où est mon père? Où sont mes enfants?” Pendant plus de 10 jours, les habitants d’Alep n’ont pas arrêté de poser ces questions.

Les tirs au mortier frappent tous les quartiers sans distinction, et ceux où il y a des écoles et des universités n’ont pas été épargnés. Même les quartiers où se trouvent des hôpitaux, tels l’hôpital Al-Dabit, un des meilleurs du pays, et l’hôpital public Al-Razi, qui dispense gratuitement toute sorte de services médicaux, sont menacés.

Les gens ont peur. Ils attendent simplement leur tour pour voir qui sera le prochain blessé. Ils demandent simplement à Dieu combien d’heures il leur reste à vivre.

Le personnel de Caritas à Alep fait ce qu’il peut pour aider une ville en état de siège. Source: Caritas Syrie

Le personnel de Caritas à Alep fait ce qu’il peut pour aider une ville en état de siège. Source: Caritas Syrie

Les gens continuent à aller au travail, mais ne savent pas s’ils reverront leurs familles en rentrant. Les étudiants continuent à aller à l’école malgré les éclats d’obus, parce que la vie doit continuer. De nombreuses personnes abandonnent leurs maisons démolies pour chercher refuge dans d’autres villes.

Les maisons de certains membres du personnel de Caritas à Alep ont subi de sérieux dégâts. Celles d’une réceptionniste de nos bureaux et d’un avocat de notre programme locatif ont été complètement détruites.

Les médicaments sont encore disponibles dans l’ensemble des hôpitaux et des pharmacies. Il y a environ 2 heures de courant électrique par jour. L’approvisionnement en eau potable dépend des pompes de la Station Suleiman Alhalabi. Elles fonctionnent à l’électricité, et le gouvernement a donc fourni du combustible à la station à travers la ligne de front pour que ces machines puissent alimenter la ville en eau.

La Maternité du quartier Al-Mohafaza à Alep. Source: Caritas Syrie

La Maternité du quartier Al-Mohafaza à Alep. Source: Caritas Syrie

Notre travail continue. En raison des bombardements, notre personnel n’est plus en mesure de visiter facilement les victimes à domicile ou dans les hôpitaux, mais il poursuit la collecte d’informations sur les besoins des personnes pour leur venir en aide dans les prochains jours.

[Tweet « Nous avons besoin que le monde se tienne à nos côtés pour mettre fin à cette guerre. Nous voulons la paix à Alep. »]

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.