Une meilleure protection pour les personnes victimes de la traite dans les guerres et les urgences

Caritas exhorte les gouvernements à identifier et à protéger les victimes de la traite humaine liées aux conflits en soutenant une action et une recherche à la base.

Le 30 juillet, Journée mondiale contre la traite des êtres humains, Caritas veut attirer l’attention sur la traite et l’exploitation des migrants dans les mouvements de grande échelle – en particulier des migrants fuyant les guerres et les urgences.

« La traite résultant des conflits est rarement prise en compte dans l’aide à long terme fournie aux réfugiés, mais les personnes victimes de la traite à cause des conflits et des urgences souffrent doublement. Elles sont vulnérables en tant que réfugiés mais souffrent aussi d’être exploitées comme des esclaves », dit Martina Liebsch, directrice de la politique et du plaidoyer de Caritas Internationalis.

Boys are being forcibly recruited into armed militia.

Les garçons sont recrutés des armées de milices. Photo par Caritas

Caritas demande aux gouvernements d’améliorer les mécanismes d’identification des victimes. Elle leur demande d’augmenter la prévention de la traite humaine liée aux conflits – en particulier des personnes vivant dans les camps de réfugiés ou voyageant sur les routes de migration – en renforçant la législation et en veillant à l’application des lois anti-trafic. Ces personnes ont besoin d’être protégées et des efforts doivent aussi être faits pour veiller à ce que les réfugiés soient conscients des risques.

Caritas exhorte la communauté internationale à soutenir la recherche et l’analyse des tendances dans la traite en situation de conflit et des facteurs qui rendent les personnes vulnérables, afin de soutenir des actions efficaces de prévention de la traite et de protection de la dignité des réfugiés et des migrants.

Selon une étude de Secours Catholique-Caritas France, l’exploitation économique est la manifestation la plus commune de traite des personnes fuyant des conflits ou des urgences. Cela se produit car les réfugiés ont de la peine à accéder légalement au marché du travail. Mais il y a aussi un risque accru de travail infantile et d’exploitation sexuelle.

Caritas Internationalis et le Conseil Pontifical pour la pastorale des migrants regarderont de plus près à la traite et aux conflits et autres phénomènes de traite à l’occasion d’une conférence qu’ils organisent conjointement à Abuja, au Nigeria, du 5 au 7 septembre.

Accueillie par Caritas Nigeria, cette conférence rassemblera des organisations Caritas et des conférences épiscopales de toute l’Afrique, plus des organisations confessionnelles et de la société civile engagées dans la lutte contre la traite humaine. Les organisations participantes analyseront les tendances dans la traite et l’exploitation en Afrique, dans le but de les combattre.

La réunion de haut niveau des Nations Unies sur les grands mouvements de réfugiés et de migrants, qui se déroulera le 19 septembre 2016, sera une autre bonne occasion d’affronter cette question.

Pour en savoir plus veuillez contacter Michelle Hough, Caritas Internationalis (Ang, It Esp, Fr) +39 334 2344136 ou hough@caritas.va.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.