Des millions de Zimbabwéens confrontés à une crise alimentaire

Au Zimbabwe, près d’un tiers de la population totale, soit 4,5 millions de personnes, se retrouvent en manque de nourriture des suites d’une pluviosité excessivement faible, l’une des pires depuis 35 ans. Dans les parties les plus durement touchées du pays, ce sont la moitié, voire les deux tiers des foyers qui souffrent de la faim.

Food stores are empty in Zimbabwe with months before the next harvest. Photo by Isabel Corthier/Caritas

Les stocks seront déjà épuisés et certaines personnes devront survivre en ne se nourrissant que de fruits sauvages, de rongeurs et d’aide alimentaire. Photo by Isabel Corthier/Caritas

Le Zimbabwe fait partie du groupe de pays de l’Afrique de l’ouest affectés par le système climatique El Niño, qui a mené à des situations météorologiques inhabituelles et fait que 21 millions de personnes ont besoin d’une aide alimentaire. Le Zimbabwe doit combler un manque de 380 000 MT de maïs.

Pour les familles rurales, la vie s’est empirée suite aux carences d’eau dans les principaux lacs de retenue, l’absence de travail rémunéré et la faiblesse des envois de fonds faits par les migrants vers les pays limitrophes souffrant eux aussi d’El Niño ou d’une faible croissance économique.

L’insécurité alimentaire s’est empirée dans les zones rurales du Zimbabwe suite aux mauvaises récoltes de mars et avril. Novembre, décembre et janvier promettent d’être les pires mois. Les stocks seront déjà épuisés et certaines personnes devront survivre en ne se nourrissant que de fruits sauvages, de rongeurs et d’aide alimentaire.

« Seules quelques enclaves ont des récoltes. Partout ailleurs, il n’y a rien du tout », selon l’évêque José Alberto Serrano de Hwange, l’une des zones les plus durement touchées. « Si vous ne croyez pas aux miracles, venez au Zimbabwe. Sans ça, il est difficile de savoir comment les gens font pour survivre. »

Les familles pauvres passent à des stratégies de survie telles que la migration, la prostitution, l’exploitation minière illégale et la vente de biens domestiques, comme par exemple leurs animaux. Cela peut provoquer des dommages irréversibles.

Le gouvernement a lancé un appel à l’aide internationale plus tôt cette année, mais n’a reçu que la moitié des financements nécessaires.

Caritas Internationalis a elle aussi lancé un appel de 1,3 million d’euros pour le Zimbabwe, mais ce programme n’est pour l’heure financé qu’à 42 pourcents. « Sans aide internationale, la situation s’aggravera », souligne l’évêque Serrano.

A Caritas appeal supports a school feeding programme and mobile phone cash transfers to vulnerable rural families. Photo by Isabel Corthier/Caritas

Caritas a lancé un appel de 1,3 million d’euros pour le Zimbabwe. Photo : Isabel Corthier/Caritas

L’appel soutient un programme de nutrition scolaire et de transfert de fonds via téléphones portables pour les familles rurales vulnérables.

Actuellement dans le diocèse de Hwange, Caritas fait en sorte que 4800 étudiants répartis dans sept écoles aient à manger au moins une fois par jour. « Notre plus grand défi, c’est de trouver les fonds nécessaires. Les sept écoles que nous soutenons ont beaucoup de chance. Les besoins sont bien plus grands », dit Edmond Sibanda, de la Caritas diocésaine locale de Hwange.

Dans une autre région durement touchée dénommée Gokwe, Caritas planifiait d’aider localement 7000 des 21 000 personnes dans le besoin avec des transferts de fonds, pour couvrir leurs besoins en nourriture pendant un mois. « Avec ce que nous avons, nous pouvons atteindre 300 personnes à Gokwe », dit Jephas Tichapondwa, un membre du personnel sur place.

Caritas lance un appel pour un financement supplémentaire de 700 000 $, afin de pouvoir mettre en œuvre son programme d’urgence pour le Zimbabwe pour les 22 000 personnes qui en ont le plus besoin.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.