L’ONU peut changer l’histoire des migrants et des réfugiés

« Notre maison a été démolie lors d’un raid aérien. Nous avons dû marcher 3 heures dans la neige pour rejoindre la frontière turque depuis la Syrie, moi et mon mari, nos enfants dans les bras. J’étais enceinte, mais j’ai perdu l’enfant ».

Deux des quatre enfants de Yusra souffrent d’un fort handicap physique et ne peuvent pas marcher. À un certain moment en tant que réfugiés, elle et sa famille se retrouvés à vivre dans une étable.

Les Nations Unies vont la semaine prochaine débattre d’un plan pour aider la famille de Yusra. Cela ne concernera pas que la famille de Yusra, mais environ 65 millions de personnes qui ont comme elle été déracinées par la guerre, l’inégalité, la pauvreté et le changement climatique dans le monde entier.

Yusra a raconté à Caritas comment elle éduque ses enfants, qui ont besoin de soins spécialisés dans des conditions extrêmes et de grand froid. Elle nous a parlé de comment elle est contrainte de les quitter chaque jour pour travailler 12 heures aux champs à la récolte de légumes avec d’autres réfugiés.

Yusra and her boys. They recieve winterisation and food aid from caritas in Hatay. Credit: Patrick Nicholson/Caritas

Yusra avec trois de ses fils. À Hatay, ils reçoivent de Caritas de quoi passer l’hiver et une aide alimentaire. Crédit : Patrick Nicholson / Caritas

Le sommet de l’ONU est perçu comme « une occasion historique d’en arriver à un plan pour une meilleure réponse internationale ». Caritas espère que cela signifie que les personnes telles que Yusra seront protégées des effets de la guerre, qu’elles pourront jouir de sécurité et qu’elles seront en mesure d’avoir une vie digne, avec de bonnes conditions de vie, un travail et le soutien de la société.

[Tweet « Il faut un réel changement dans les pratiques pour le bien des #réfugiés et des #migrants. #UN4RefugeesMigrants »]

Nous espérons et prions pour que quand les chefs d’états se réuniront à l’ONU, ils ne verront pas seulement 65 millions de personnes et un problème insoluble, mais qu’ils verront des noms et des visages avec des espoirs et des rêves. Nous espérons qu’ils prendront au sérieux leur capacité à changer le système d’une manière qui permette aux réfugiés d’être embrassés par les sociétés, au lieu d’être repoussés par elles.

« Nous devons avoir l’air d’un tas de désespérés. Pas de pays, pas de santé, pas d’argent. Je m’endors et je rêve que quand je me réveillerai, je pourrai marcher. Je pourrai aider ma mère. » Feraz, le fils de 19 ans de Yusra.

La déclaration conjointe du réseau Caritas et de Jesuit Refugee Services à l’occasion du sommet en anglais, français, español et italiano.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.