En mémoire de ceux qui sont morts dans l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’ouest

Novembre est un mois particulier dans l’Église catholique pour se rappeler de ceux qui sont morts. L’abbé Damas Kpamou de Guinée se rappelle les membres de sa famille qui sont morts durant l’épidémie d’Ébola de 2014-2015, et comment Caritas a aidé ceux qui ont survécu.

Caritas distribue du matériel d'hygiène et enseigne aux gens la prévention contre l'Ebola.

Caritas distribue du matériel d’hygiène et enseigne aux gens la prévention contre l’Ebola. Photo: OCPH / Caritas Guinée.

Je suis vicaire à Nzérékoré, en Guinée. J’ai été ordonné il y a deux ans, en 2014. Mais mon ordination a bien risqué de ne pas avoir lieu, car des membres de ma famille ont contracté l’Ébola.

Quand ma famille est tombée malade, j’ai pris toutes les mesures nécessaires pour me protéger. J’ai dû rester à distance des membres de ma famille qui étaient malades. J’ai dû suivre strictement les mesures hygiéniques de prévention mises en place par l’Organisation mondiale de la santé.

On nous a dit de maintenir notre calme et de ne pas paniquer au sujet de cette maladie, qui dévastait nos familles et nos communautés, en Guinée et dans d’autres pays d’Afrique de l’ouest. J’ai fait en sorte de faire de la sensibilisation parmi les membres de ma famille pas encore atteints, afin de leur éviter la contagion.

Tant au niveau national que local, Caritas ne s’est pas épargnée pour nous venir en aide. Vu qu’il y avait déjà là une Caritas diocésaine, qui travaillait au sein de la communauté, ils ont pu beaucoup travailler à la sensibilisation, car les gens les connaissaient et leur faisaient confiance. À cela, ils ont ajouté la distribution de savon, d’eau de javel et de seaux, afin que les personnes puissent se désinfecter les mains et ainsi limiter la propagation de la maladie.

Ils ont pris le soin de garantir que les familles de victimes reçoivent un soutien. Ils nous ont donné du riz, de l’huile, du sucre, du lait et du sel afin que tous aient à manger. Ils nous ont aussi fourni des médicaments et des habits. Ils se sont assurés que les enfants restaient à l’école en distribuant des uniformes et du matériel comme des livres et des stylos aux familles qui avaient perdu une source de revenu à cause de l’Ébola.

Les premiers cas d’Ébola sont apparus en guinée en mars 2014. Le Liberia, le Sierra Leone et le Nigeria ont successivement fait état de cas. Plus de 28 600 cas ont été signalés dans ces pays. Plus de 11 300 personnes sont mortes. Caritas, parmi ses nombreuses actions, s’est assurée que les dépouilles des personnes décédées soient enterrées de façon sûre et digne. La fin du virus Ébola a été déclarée officiellement en Guinée en juin 2016.

Cela a vraiment été terrible de voir douze membres de ma famille tomber malades de l’Ébola, et surtout que seuls cinq en soient sortis vivants. La maladie a fait beaucoup de veuves, de veufs et d’orphelins. Même si notre pays s’est à présent débarrassé de l’Ébola, les retombées pèsent encore sur les survivants, sentimentalement, socialement et financièrement.

J’ai trouvé une grande consolation dans le soutien de Caritas, parce qu’ils ne nous ont pas seulement fourni une aide, ils nous ont réconfortés et ont marché à nos côtés durant cette terrible période. Leur aide m’a aidé à prendre davantage conscience de l’importance de la mission de charité de l’Église.

Les problèmes auxquels les communautés frappées par l’Ébola sont confrontées sont énormes. Nous avons trouvé les moyens de soutenir les survivants et les orphelins. Ceux qui n’ont plus pu travailler ont besoin d’aide pour trouver un moyen de s’en tirer financièrement.

Les communautés doivent s’assurer que les écoles ont des toilettes et un accès à des puits où trouver une eau potable sûre. Il faut que des activités génératrices de revenus soient créées, afin que les personnes puissent s’en sortir.

Caritas continue à faire de la sensibilisation à l’hygiène dans ma communauté, mais ils ont besoin de fonds pour nous aider sur d’autres fronts aussi.

Une des choses les plus importantes pour moi à présent, c’est de m’assurer que je prie pour les morts, en particulier en ce mois de novembre. Je prie en particulier pour ceux qui sont morts de l’Ébola, pour qu’ils soient couverts de la grâce de Dieu.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.