Des habits chauds pour l’hiver en Syrie

L’hiver en Syrie peut être rude. Les températures restent au-dessous du zéro pour de longues périodes. Elles peuvent même descendre jusqu’à -11° C. Mais la plupart des personnes ne peuvent plus s’en protéger. Elles n’ont pas l’argent pour s’acheter des vêtements chauds, des poêles ou des couvertures. La hausse du prix du mazout rend leur survie encore plus compliquée.

Les familles ont arrêté d’utiliser le chauffage central chez elles. Cela consomme trop de mazout. C’est trop cher, même pour la classe moyenne. Au lieu de cela, ils utilisent des chauffages d’appoint, qui fonctionnent au gaz ou en brulant du bois. Tout est bon pour abattre les couts. Le revers de la médaille, ce sont les fumées et les maladies respiratoires qu’elles provoquent chez les enfants.

Walaa Al-Halabi, 25 ans, a reçu un bon de Caritas Syrie.

Walaa Al-Halabi, 25 ans, a reçu un bon de Caritas Syrie. Photo par Caritas Syrie

Mounir est un fournisseur de Caritas Syrie à Damas. Il dit : « Nous avons arrêté d’utiliser le chauffage central en 2013. Le mazout est trop cher, on ne peut plus se le payer. On utilise de petits chauffages électriques, quand il y a du courant. Autrement, on passe à un chauffage à gaz. Mais il est trop petit pour chauffer tout l’appartement. Ma fille souffre d’asthme. Ce n’est pas sain. »

En Syrie, 6.5 millions de personnes ont été contraintes à partir de chez elles, vers d’autres parties du pays, à cause de la guerre. Les combats continuent. De plus en plus de personnes fuient de Damas, Hassakeh et Alep. Ils vivent dans la panique, sans rien. Leurs habits ne seront pas suffisants pour se protéger du froid.

Yusra est mère de quatre enfants de moins de 6 ans. Elle dit : « Mes enfants n’ont pas d’habits. On a abandonné nos affaires. Quand on a fui, on a jeté nos bagages l’un après l’autre en route. On n’arrivait plus à les porter, on était trop fatigués. On a débarqué à Damas avec les habits qu’on portait sur nous, rien de plus. »

Avec le bon Caritas, Walaa achète de nouvelles chaussures pour son fils

Avec le bon Caritas, Walaa achète de nouvelles chaussures pour son fils. Photo par Caritas Syrie

Les écoles aussi ont cessé d’utiliser le chauffage central. Les familles y envoient leurs enfants emmitouflés dans diverses couches de vêtements. Fadi, un garçon de 10 ans, dit : « D’habitude, j’aime l’école, mais maintenant, on est serrés. On est 65 élèves dans une petite salle de classe. »

« Mais ce qu’il y a de pire, c’est le froid. Tous les élèves ont de lourds habits. On n’arrive même plus à s’asseoir sur nos chaises, tellement on est emmitouflés. Les filles apportent aussi des couvertures. Mon cerveau cesse de fonctionner en hiver. C’est ma maman qui m’explique la plupart des cours après coup, quand je rentre à la maison. »

Certaines familles vivent dans les parcs. L’hiver est cruel, en particulier avec la pluie et la neige. Khadija est mère de deux enfants. Elle dit : « On est partis de notre village de Ghouta il y a quelques mois. Ma famille et celle de ma belle-sœur, on vit dans un parc à Damas. C’est mieux qu’un abri surpeuplé. Mais on n’y a pas d’intimité : on partage des choses privées avec des étrangers. »

« Même si la température monte à 45°C l’été, dans le parc, c’était vivable. Mais maintenant avec l’hiver, on ne sait plus quoi faire. Il a plu il y a deux jours et nous, on a attendu dans les toilettes du parc que cela s’arrête. Il se pourrait qu’on retourne aux abris, tout compte fait. On n’a pas d’autre choix. »

Caritas a donné des bons à 500 familles à Damas pour des habits chauds et des chaussures pour les enfants. Cela fait partie d’une aide qui comprend soins de santé, éducation, abris et conseils. Chaque bon est divisé en deux parties : une pour les habits chauds, l’autre pour les chaussures.

Majida, 45, mère de quatre enfants.

Majida, 45, mère de quatre enfants. Photo par Caritas Syrie

Majida est mère de quatre enfants. Elle dit : « Vous ne pouvez pas savoir combien j’ai été heureuse quand Caritas m’a dit qu’ils voulaient nous offrir des habits pour l’hiver. Ça a été un soulagement. Le prix des vêtements est inaccessible. Avoir de nouveaux habits, c’était un rêve pour mes enfants. Ils avaient vraiment besoin de cette aide pour pouvoir aller à l’école chaque jour et avoir suffisamment chaud dans notre appartement congelé. »

Le système de bons a permis aux familles de choisir leurs propres habits dans différents magasins. Walaa est mère de trois enfants. Elle dit : « J’étais inquiète de ne pas pouvoir acheter de nouveaux vêtements à mes enfants pour les préparer pour l’hiver. Maintenant, je n’ai plus à m’inquiéter, parce que Caritas nous a offert ces habits pour l’hiver. »

« Mes garçons étaient tellement contents de les choisir ! Fahed était enthousiaste quand il a acheté un sweatshirt avec une image de son dessin animé favori. Il a dit qu’il ferait envie à toute sa classe. Je voudrais remercier Caritas, qui a donné à mes enfants non seulement des habits chauds, mais aussi une grande joie ! »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.