La Mongolie fait face aux grands froids alors que l’hiver arctique ne fait qu’empirer

Cet hiver sera probablement le théâtre du phénomène climatique extrême connu comme le « dzud » frappant de vastes bandes de la steppe mongole. Les craintes d’une crise humanitaire dévastatrice grandissent.

Les températures sont tombées jusqu’à -50°C et les pâturages sont couverts par 90 cm de neige. Certaines routes principales ont été fermées en raison des chutes de neige. Selon les météorologues, le froid devrait empirer.

« Les personnes les plus touchées sont les éleveurs nomades », explique le Fr. Pierrot Kasemuana, directeur de Caritas Mongolie. « Certains d’entre eux sont attrapés dans les collines et les montagnes. Ils se sont retrouvés isolés et exposés au froid et à la famine. »

Une fois de plus, des milliers de familles d’éleveurs nomades sont sous la menace de ce qui est connu comme le « dzud », le terme mongol qui désigne un hiver particulièrement rigoureux durant lequel un grand nombre de têtes de bétail périssent.

Une fois de plus, des milliers de familles d’éleveurs nomades sont sous la menace de ce qui est connu comme le « dzud », le terme mongol qui désigne un hiver particulièrement rigoureux durant lequel un grand nombre de têtes de bétail périssent. Source : Caritas Mongolie.

Une aide nécessaire

Le gouvernement mongol a demandé le soutien international. « Les besoins sont urgents », dit le Fr. Kasemuana. Caritas Mongolie a envoyé 200 cartons de vêtements chauds à quelques-unes des communautés les plus touchées.

Après des dzuds précédents, des milliers de familles ont perdu tout ou partie de leurs animaux et les éleveurs se sont vus privés de leur seule source de revenus. Beaucoup d’entre eux se sont vus obligés de migrer vers des bidonvilles à la périphérie de la capitale Oulan-Bator et d’autres centres urbains.

Caritas Mongolie a envoyé 200 cartons de vêtements chauds à quelques-unes des communautés les plus touchées.

Caritas Mongolie a envoyé 200 cartons de vêtements chauds à quelques-unes des communautés les plus touchées.

« Etant donné que plus d’un tiers de la population mongole dépend de l’activité pastorale pour sa subsistance, des dzuds rigoureux peuvent causer des crises économiques et des problèmes de sécurité alimentaire dans le pays », a déclaré le Fr. Kasemuana.

Environ un cinquième de la population a émigré vers Oulan-Bator, doublant le nombre d’habitants de la ville. Les problèmes sociaux comme le chômage, l’alcoolisme et la pauvreté extrême sont exacerbés par la migration à grande échelle vers les villes.

Les températures en Mongolie ont augmenté en moyenne de 2,07 degrés au cours des 70 dernières années. Cela représente plus du double de la moyenne mondiale. La chaleur de l’été a exacerbé le dzud. Il y a eu moins de fourrage pour le bétail. En hiver, les bêtes ne peuvent pas atteindre l’herbe enterrée sous la neige ou sous la glace et ont donc besoin de plus de fourrage. Le dzud de l’hiver dernier a tué plus d’un million d’animaux.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.