Caritas aide les victimes du glissement de terrain mortel de Mocoa, en Colombie

Caritas répond au glissement de terrain qui a ravagé Mocoa, au sud-ouest de la Colombie, avec à ce jour un bilan de 290 morts, 300 disparus et 200 blessés. C’est la pire catastrophe du genre à avoir frappé le pays depuis les années 1980.

Caritas Colombie dit : « Samedi 1er avril à l’aube à Mocoa, les rivières Sangoyaco et Mulata sont sorties de leur lit, en provoquant un torrent qui a emporté des pierres, des arbres et de la boue, balayant tout sur son passage avec une force incroyable. »

Photo by Caritas Colombia

Caritas répond au glissement de terrain qui a ravagé Mocoa. Photo par Caritas Colombie

Ce glissement de terrain a détruit plus de 300 maisons dans la ville de Mocoa, dans le département de Putumayo, près de la frontière méridionale de la Colombie avec l’Équateur. Les habitants ont été assaillis dans leur chambre par des « rivières de boue » alors qu’ils étaient encore au lit.

Le gouvernement local a déclaré l’état d’urgence. Cinq des 17 quartiers de Mocoa ont été réduits en pièces, les équipes de secours étant toujours à la recherche des disparus. Cinq jours après le désastre, cependant, on craint que bien peu soient retrouvés encore vivants.

Beaucoup de routes et de ponts ont été endommagés ou détruits, l’accès étant donc rendu très difficile. Il n’y a plus le courant électrique et l’aqueduc de la ville a aussi été touché. Les services de l’hôpital local sont « au point de rupture » selon Caritas Colombie, tout simplement dépassés par le nombre de blessés et de personnes traumatisées. Les blessés les plus graves sont héliportés vers des villes voisines.

Monseigneur Hector Fabio Henao, directeur de Caritas Colombie, dit : « Nous sommes en communication constante avec les zones affectées, où la tragédie prend une ampleur toujours plus alarmante. Nous avons une équipe locale sur place, dirigée par le diocèse local, et nous avons envoyé deux spécialistes dans la région pour leur venir en aide. Nous travaillons aussi en étroite collaboration avec les autres acteurs pour coordonner nos efforts de secours. »

« Les besoins immédiats des personnes affectées sont l’eau et la nourriture. Des milliers de familles ont perdu leur maison et ont besoin d’abri, et il y a aussi de gros problèmes sanitaires. »

Caritas se coordonne avec un certain nombre d’autres organisations dans un centre de crise établi à Mocoa en même temps que huit abris pour plus de 2600 personnes qui se sont retrouvées sans toit. Caritas est en train de préparer un appel à fonds national pour venir en aide à la zone touchée, alors que l’équipe diocésaine locale fait tout son possible pour offrir un soutien pratique et pastoral.

« Nos prêtres se ruent de gauche à droite », dit Monseigneur Henao, « en essayant d’aider les gens, de distribuer des habits dans les centres de refuge. Discrètement, à leur façon, ils aident comme ils peuvent ceux qui ont perdu des êtres chers. Pour décrire l’ampleur de la tristesse qui règne, le curé local m’a simplement dit : ‘C’est apocalyptique.’ »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.