Caritas aide les survivants des coulées de boue en Sierra Leone.

« Pendant que le cortège de cadavres avançait dans les rues de Freetown, la ville entière était en larmes. »

Suite aux graves et soudaines inondations et coulées de boue qui ont frappé la capitale de la Sierra Leone le 14 août, le directeur de Caritas Sierra Leone, Edward John Bull, a adressé un appel à la prière et une demande d’aide matérielle. Près de 500 personnes ont perdu la vie dans cette double catastrophe dont plus d’une centaine d’enfants et 600 autres sont portées disparues et présumées mortes. L’on estime que 20 000 personnes ont été déplacées, un quart d’entre elles étant des enfants.

Des milliers de ménages sont affectés des coulées de boue dans la capitale de la Sierra Leone.

« Nous sommes aujourd’hui stupéfaits par le bilan humain et l’impact humanitaire que les récentes inondations et les coulées de boue ont causés », a déclaré le directeur de Caritas dans un message adressé à la confédération Caritas tout entière, alors qu’il assistait aux funérailles nationales de 300 victimes.

« Nous avons des milliers de ménages touchés, qui ont besoin de nourriture, de vêtements, de médicaments, de lits, de tentes, d’articles domestiques, d’eau et d’assainissement, d’abris et de soutien psychosocial. »

La Caritas nationale et Caritas Freetown ont été parmi les premières à intervenir après que les pluies torrentielles ont entraîné des crues qui ont rasé la montagne Sugar Loaf à une vitesse fulgurante autour de 2 heures du matin, le 14 août. Les inondations ont provoqué l’affaissement d’un pan de la montagne dans le quartier Regent, à 15 km du centre de Freetown, provoquant une énorme avalanche de boue et de pierres sur les basses terres, détruisant les maisons et engloutissant les familles pendant qu’elles dormaient.

« Cela va vraiment mal sur le terrain », a déclaré Kayode Akintola, représentant national de CAFOD, dont le bureau se trouve juste à quelques minutes de la zone affectée. « Des cadavres dans l’eau jonchent certaines rues. »

Les membres de Caritas sont immédiatement passés à l’action grâce à leurs services de santé mobiles, l’enregistrement des survivants et l’apport de vêtements et de vivres. Caritas Freetown garde des stocks de riz dans des entrepôts qui ont été aussitôt mis à disposition pour nourrir les survivants et 500 bénévoles travaillant pour aider leur communauté dévastée.

Quatre autres membres internationaux de Caritas à proximité de Caritas Sierra Leone participent à la première phase en cours de réponse rapide de quatre-vingt-dix jours, se répartissant les principales charges pour aider les survivants traumatisés.

Aliments chauds et soins de santé.

Un repas chaud par jour est la planche de salut de milliers de personnes ayant perdu leur toit à cause des inondations et de l’évacuation. Dans les centres de secours installés dans les zones affectées de Culvert-Bomeh et de Regent, le personnel de Caritas et les bénévoles cuisinent des aliments nutritifs pour 3000 survivants. Une attention particulière est accordée aux enfants et aux mères allaitantes et à leur nourrisson.

L’aide médicale est aussi vitale, pour aider les blessés et stopper la propagation de maladies liées aux catastrophes naturelles comme le choléra, la diarrhée et la typhoïde. CORDAID et CAFOD se centrent sur la prévention, avec des campagnes d’information pour alerter la communauté des dangers de possibles épidémies. En même temps, Caritas Freetown s’occupe d’une clinique mobile sur le terrain, qui visite les cinq principaux villages affectés. Cette clinique a assisté jusqu’à présent 1382 patients et a distribué gratuitement des médicaments à ceux qui ne peuvent pas se permettre de les payer.

CRS, conjointement avec CAFOD, a initialement soutenu les bénévoles qui aidaient à enterrer les morts, et qui fournissaient aux survivants de quoi boire, manger et se coucher. Maintenant, CRS et le Conseil interreligieux de la Sierra Leone travaillent pour réinstaller temporairement les personnes sans abri dans des familles d’accueil de la communauté locale.

Trócaire se centre sur la protection des femmes et des enfants et distribue des « kits de dignité » qui comprennent des produits d’hygiène de base comme du savon, des serviettes, des brosses à dents, des serviettes hygiéniques et des sous-vêtements, ainsi que des articles domestiques. L’un des membres du personnel de Trócaire à Freetown, Al Haji Jalloh, appartient lui-même à l’une des communautés frappées par la catastrophe. Il a perdu 15 membres de sa famille. Caritas lui fait part, à lui et à sa famille, de nos pensées et de nos prières.

 La Sierra Leone se relèvera.

« D’abord, nous avons eu une terrible guerre civile », nous dit Edward John Bull, « ensuite nous avons été malmenés par le choléra, et peu après, nous avons traversé le désastre majeur de l’Ebola, et maintenant que nous nous en remettions, nous devons affronter les conséquences d’une catastrophe naturelle de la pire espèce. Nous avons besoin de vos prières par-dessus tout mais notre foi en la rédemption de Jésus qui a souffert et qui est mort pour nous est forte. Nous sommes un peuple de Pâques. Un jour, la Sierra Leone se relèvera. »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.