Caritas travaille sous le feu a Gaza

A father of a refugee family from Beit Lahya is taking a donation bag with dry food in the Holy Family School refuge camp. 1st August 2014. Photo by Virginie NGUYEN HOANG/hanslucas.com - Secours Catholique/ Caritas France.

Une famille de réfugiés de Beit Lahya reçoit un sac de don avec la nourriture sèche. Ils restent dans le camp de réfugiés de Holy Family School. Photo par Virginie Nguyen Hoang/hanslucas.com – Secours Catholique/ Caritas France.

« A chaque seconde de chaque minute je m’attends à être bombardé » dit Mahmoud Majdalawi, un membre de l’équipe Caritas à l’œuvre à Gaza.

Le petit territoire a été dévasté par des semaines de guerre. Où que l’on aille, il y a des ruines d’immeubles détruits par les bombardements.

Après que les écoles mises sous protection de l’ONU pour servir d’abri à la population civile aient été prises pour cible, il dit que personne ne se sent en sécurité.

« Quand vous sortez dans la rue, vous ne savez pas ce qui peut vous arriver», dit-il. « Il y des roquettes partout. J’étais dans la voiture et juste à 100 mètres devant moi un immeuble a été détruit par une roquette »

Mahmoud travaille à Gaza dans la coordination des secours Caritas distribués aux personnes qui ont fui devant les opérations militaires menées par Israël contre le Hamas à Gaza.

Caritas fournit des soins sanitaires à partir de son centre médical aux personnes qui ont abandonné leurs maisons pour chercher refuge dans les écoles, et distribue également des paniers d’aliments, des couvertures et des kits d’hygiène.

« Nous travaillons sans arrêt car les gens ont besoin de nous », dit-il. « Nous ne pouvons pas les laisser sans assistance en ce moment ».

Caritas est à l’œuvre dans les écoles qui sont devenues des abris placés sous protection de l’ONU. Il y a plus de 250.000 personnes entassées dans ces 90 écoles.

« Les conditions sont épouvantables. Il y a 150 personnes dans chaque salle de classe. Ils n’ont ni eau, ni couvertures, ni provisions. Nous sommes devant un désastre sanitaire » dit Mahmoud.

Caritas a distribué jusqu’à présent des kits d’hygiène. Aujourd’hui une pause dans les combats leur ont permis de préparer des paniers d’aliments et des couvertures pour ceux qui sont dans les écoles.

« A 9 heures du matin, durant la pause, les gens sortent dans la rue, ils se rendent dans leurs anciens quartiers pour voir l’état de leurs maisons, visiter des parents ou simplement essayer de trouver de quoi satisfaire leurs besoins de base », dit-il. « Mais à 5 heures de l’après-midi, à la fin de pause, alors que les bombardements recommencent, les rues deviennent désertes ».

A family from a refugee camp in a school are coming to the Caritas clinic to have a consultation. © Virginie Nguyen Hoang/hanslucas.com - Secours Catholique/ Caritas France.

Une famille dans un camp de réfugiés dans une école assiste à la clinique Caritas dans la ville de Gaza. Photo par Virginie Nguyen Hoang/hanslucas.com – Secours Catholique/ Caritas France.

La famille de Mahmoud se trouve à Gaza. Lorsqu’il rentre chez lui après le travail, il doit s’en occuper. « Je reste avec eux durant la nuit. Je veux rester avec eux à cause des bombardements », dit-il. «  Après, le matin, je pars m’occuper des gens ».

La clinique de Caritas et ses services médicaux ont été en mesure de fournir des soins sanitaires dans les abris malgré les risques. « Tous ceux qui viennent chez nous sont assistés gratuitement », dit-il.

Il estime que la situation est pire aujourd’hui que lors des conflits précédents, en matière de dégâts et de morts. Personne n’a été épargné à Gaza.

Mahmoud a perdu cinq membres de sa famille élargie, un ami proche a été tué et il connaît de nombreuses personnes qui ont été blessées.

« Les gens veulent juste vivre une vie normale. Il veulent pouvoir aller travailler, avoir de l’eau potable, voyager. Nous voulons voir la fin du blocus », dit-il.

«  Nous voulons que l’on arrête de tuer des enfants dans leurs lits. Le massacre doit cesser ».

Caritas Internationalis

Président : le Cardinal Luis Antonio Tagle
Secrétaire Général : Michel Roy

Caritas Internationalis
Palazzo San Calisto
Cité du Vatican
V-00120

Téléphone : + 39 06 698 797 99
Fax : + 39 06 698 872 37
Adresse e-mail : caritas.internationalis@caritas.va

Les bureaux sont ouverts du lundi au vendredi, de 8h30 à 17h00.

Si vous avez besoin de contacter un membre du personnel en-dehors des heures de bureau pour une urgence humanitaire, veuillez appeler le + 39 334 359 0700 ou envoyer un courriel à emergencies@caritas.va