La vie de migrant en Grèce en temps de crise

Par Irma Sofia Espinosa Peraldi, Caritas Athènes

La situation en Grèce s’aggrave de jour en jour. Les nouveaux migrants connaissent la crise économique qui sévit ici, mais ils décident quand même de venir en Grèce car c’est leur point d’entrée en Europe. L’arrivée de migrants dans les iles grecques est 500 pourcents plus importante que l’an dernier.

Vu la banqueroute de l’état grec, il n’y a pas de fonds étatiques pour venir en aide aux migrants à leur arrivée et aussi bien les policiers que les garde-côtes n’ont pas de politique migratoire. En plus de cela, les migrants arrivant sur les iles ont très peu d’aide, car la Grèce n’est pas en mesure de leur fournir de logement, de la nourriture, une aide médicale ou juridique.

Photo by Caritas Hellas

Caritas Hellas aide les réfugiés syriens vivant à Athènes et les citoyens grecs dans le besoin. Photo par Caritas Hellas

À ce jour, les migrants sont confrontés à une brève période de détention aux services de réception sur les iles comme Lesvos, Kos, Chios, Samos et Rhodes. Vu que la Grèce a un personnel limité travaillant aux services d’asile, les requérants d’asile sont envoyés le plus tôt possible au centre d’Athènes pour que les autorités locales puissent effectuer les procédures administratives. Seulement le 14 juin, les autorités ont ainsi transporté 1800 réfugiés de l’ile de Mitilini vers Omonia Square, dans la capitale. Ainsi, le centre d’Athènes est devenu une halte pour tous les migrants qui arrivent aux frontières grecques, soit par mer, soit par terre.

En Grèce, la crise touche tout le monde, mais les réfugiés, les requérants d’asile et les migrants économiques comptent parmi les groupes de personnes les plus vulnérables, et ont donc un besoin urgent d’aide.

Toujours plus de migrants arrivent au Centre pour réfugiés de Caritas à Athènes. Les nationalités qui nous arrivent sont essentiellement de Syrie, d’Afghanistan, du Nigéria, du Sierra Leone et du Congo. Durant l’année et demie passée, le nombre de Syriens a nettement augmenté.

Les migrants avec un statut juridique (réfugiés et migrants légaux) ainsi que les nouveaux arrivés cherchant asile se retrouvent confrontés à des difficultés majeures. Pour les migrants ayant un statut juridique, la crise les affecte du côté du chômage. Vu le haut taux de chômage des Grecs eux-mêmes, les chances des migrants d’obtenir du travail sont elles aussi réduites, ce qui les force à accepter du travail au noir. Cette situation implique que leur statut devient clandestin et qu’ils perdent toute possibilité de renouveler leurs documents.

Les réfugiés cherchant asile craignent que le si le gouvernement n’est plus en mesure de payer ses fonctionnaires, les difficultés avec les services d’asile augmenteront et leur candidature à l’asile sera retenue pour un temps non défini. Les files devant les services d’asile à Athènes sont si longues que les personnes décident d’y camper et d’y dormir même deux nuits durant pour accéder aux services.

Nos travailleurs de cas disent que 80 pourcents des migrants veulent quitter la Grèce pour se rendre dans les pays scandinaves et en Allemagne.

Caritas Athènes a lancé en janvier 2015 un programme grâce à un financement de Caritas Italiana pour aider les réfugiés syriens vivant à Athènes, en leur fournissant une aide élémentaire, dont de la nourriture et des vêtements, et des conseils. Nous espérons étendre ce programme aux iles et nous planifions de faire cela avec Catholic Relief Services (CRS – un membre US de la confédération Caritas).

Ce ne sont pas seulement les migrants, mais aussi les citoyens grecs les plus vulnérables qui se rendent à nos services pour obtenir de l’aide, en particulier pour manger à notre soupe populaire et pour parler à nos assistants sociaux. Avant, la fondation TIMA, et à présent la fondation Latsis soutiennent les dépenses de notre soupe populaire. Du secteur privé, Western Union a donné un montant important pour fournir des coupons de supermarché aux familles vulnérables. Des ONG grecques comme Mazigia to Paidi et Desmos, nous soutiennent à travers des donations en nature pour les enfants, ce qui nous permet de leur donner des habits et des chaussures. Le secteur privé aussi, comme les supermarchés et l’industrie alimentaire fournissent en fonction de leurs possibilités des donations en nature pour la soupe populaire.

Photo par Caritas Hellas

La vie du peuple grec ainsi que celle des migrants et notre travail en général, tout est plus compliqué à cause de cette crise. À part la carence d’emploi et le manque de protection sociale, les banques sont fermées et cela affecte le flux monétaire. Même si les migrants trouvent du travail, ils ne peuvent plus renvoyer de l’argent à leur famille. Le transport de l’aide humanitaire est affecté par les hauts coûts. L’aide de l’Église (orthodoxe, protestante et catholique) diminue elle aussi à cause du manque de fonds et de donations.

Le peuple grec ne peut désormais plus aider. Ils sont eux aussi dans la misère et ont bien peu à donner. Caritas Athènes essaie de faire de la sensibilisation parmi les citoyens en organisant une distribution de nourriture sur les places publiques, comme Victoria Square, où les personnes locales peuvent distribuer des objets. Mais malgré les difficultés vécues par les Grecs eux-mêmes, l’attitude des personnes sur les iles a été hautement solidaire. Beaucoup de citoyens ont donné de leur temps et de leurs ressources pour fournir de la nourriture et des habits aux réfugiés.

À Lesvos par exemple, une propriétaire de restaurant a ouvert une tente où elle sert chaque jour des sandwiches, mais elle se demande combien de temps encore elle pourra ainsi aider, car ses ressources se font rares elles aussi. Les services de traiteur auquel le gouvernement grec avait recours pour soutenir les réfugiés dans certaines des iles ont dû s’arrêter car cela fait quatre mois qu’ils ne sont pas rétribués. Dans l’ile de Kos, un vieil hôtel nommé Capitaine Ilias, un édifice à moitié détruit, est utilisé comme camp de réfugiés. Là, les ONG et les citoyens fournissent l’aide requise.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.