Le Burundi au bord de la catastrophe

Plus de 220 000 Burundais ont fui du pays en direction de pays voisins comme le Rwanda. Crédit : Caritas Rwanda

Plus de 220 000 Burundais ont fui du pays en direction de pays voisins comme le Rwanda. Crédit : Caritas Rwanda

Caritas Internationalis est inquiète au sujet de la flambée de violences et de la détérioration des droits de l’homme au Burundi. Cela va avoir des conséquences catastrophiques pour les personnes et la région risque d’être déstabilisée.

Au moins 400 personnes sont officiellement mortes depuis avril, mais le nombre réel des victimes est probablement bien plus élevé. Environ 3500 personnes ont été arrêtées suite à la crise politique. L’instabilité a forcé 220 000 personnes à fuir vers les pays voisins, beaucoup d’autres étant déplacées.

Mgr Robert Vitillo, chef de la délégation de Caritas Internationalis à l’ONU à Genève, dit : « Le Burundi est plongé dans une pauvreté effrayante, un manque de médicaments essentiels et de beaucoup d’autres articles de base. »

« Caritas s’est coordonnée étroitement avec Caritas Burundi et avec les évêques catholiques du Burundi qui, déjà en septembre 2015, exprimaient leur peur de voir le pays plongé dans des divisions ethniques, régionales et religieuses, qu’il tombe en proie à une peur omniprésente et que des vies humaines, tout comme la dignité commencent à être perdues. »

Caritas a fait le 17 décembre une déclaration lors d’une réunion extraordinaire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU à Genève sur l’escalade des violences au Burundi. Lire cette déclaration.Caritas appelle le gouvernement à s’en ternir à ses obligations de protéger le peuple. La communauté internationale doit aussi prendre les mesures nécessaires pour maintenir une plus grande sécurité.

    • Encourager un dialogue inclusif afin de mettre fin au cycle de violences et de représailles.
    • Appeler le gouvernement à garantir la sécurité des organisations humanitaires.
    • La communauté internationale doit financer l’action humanitaire.
    • La communauté internationale doit mettre fin à la suspension de l’aide budgétaire, qui pénalise les personnes.
    • Les pays voisins doivent accueillir tous les réfugiés dans la dignité.
    • Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU doit nommer un expert indépendant pour le Burundi.

N’hésitez pas à contacter Patrick Nicholson – Communications de Caritas Internationalis +39 06 698 79 725 ou +39 334 359 0700 ou nicholson@caritas.va

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.