Les évêques du Soudan du Sud déclarent que « cette famine est causée par l’homme ».

Suite à la déclaration de famine dans l’Etat d’Unité au Soudan du Sud cette semaine, les évêques catholiques de ce pays ont publié une lettre pastorale vigoureuse condamnant la guerre civile dans le pays et qualifiant la famine comme étant « causée par l’homme ».

Dans un document percutant faisant écho aux rapports dramatiques provenant des sept diocèses du pays, les évêques dénoncent la violence du gouvernement et de l’opposition perpétrée contre les civils. « Les assassinats, les tortures et les viols de civils sont des crimes de guerre. »

Les réfugiés sud-soudanais reçoivent l’aide de Caritas en Ouganda. Source : Tommy Trenchard/Caritas

Les réfugiés sud-soudanais reçoivent l’aide de Caritas en Ouganda. Source : Tommy Trenchard/Caritas

Les évêques annoncent dans leur lettre que le Pape François, répondant à l’urgence de la situation, a exprimé son désir de visiter le Soudan du Sud dans l’année. « Nous voulons que le monde entende la situation réelle dans laquelle se trouve notre peuple », ont dit les Evêques. « Notre pays est attrapé dans une crise humanitaire : famine, insécurité et difficultés économiques. Notre peuple lutte simplement pour survivre. »

Décrivant la destruction causée par la politique de la terre brûlée, les évêques relatent comment les gens ont été rassemblés dans leurs maisons ensuite mises à feu » et ils déclarent que les atrocités continuent de se perpétrer même après la mort, avec des corps jetés dans des fosses septiques pleines d’eaux résiduelles. « Les gens vivent dans la peur », ont-ils dit.

Alors que la pénurie de nourriture est en partie liée aux pluies insuffisantes dans beaucoup de régions du pays, ce sont la violence et l’effondrement de l’économie qui font basculer la population dans la famine, indique la lettre.

Selon les publications et les alarmes lancées par les agences d’aide humanitaire internationale, 100 000 personnes risquent actuellement de mourir de faim au Soudan du Sud et 5 millions de plus, la grande majorité de la population, fera bientôt face à une grave pénurie. « Cela va être une catastrophe humanitaire », a dit Gabriel Yai, directeur de Caritas Soudan du Sud. « Je ne me rappelle pas avoir jamais vu quelque chose de pareil. C’est alarmant de voir mourir de faim la population, au début de la saison creuse. Et ce n’est que le début. »

« Nous avons entendu ce que Dieu nous dit à travers vous et à travers vos souffrances… Vous n’êtes pas abandonnés. »

Depuis 2013, dans ce pays troublé et fortement militarisé, la guerre civile empêche les gens d’effectuer leurs récoltes et les pousse hors de chez eux. Il y a actuellement presque 2 millions de déplacés au Soudan du Sud et 1,4 million de réfugiés dans les pays voisins.

La logistique de la distribution d’aide à ces communautés en souffrance est très tendue, a déclaré Gabriel Yai : « Dû à l’escalade des combats, les agences d’aide humanitaire ont été forcées de partir, laissant des communautés sans accès à l’alimentation. La sécurité est un problème énorme à cause des bandes armées. »

Les évêques sud-soudanais avertissent du fait que l’Eglise catholique est devenue la cible des partisans de la ligne dure au sein du gouvernement qui « n’acceptent pas les efforts de paix de l’Eglise ». Des églises ont été brûlées, et des prêtres, des religieuses et le personnel ecclésial harcelés. Toutefois, selon Gabriel Yai, le travail vital de l’Eglise doit continuer.

« Caritas a un bon réseau de dirigeants de l’Eglise, de prêtres et de dirigeants communautaires pour mener à bien la distribution d’alimentation à ces communautés. Nous pouvons en faire plus sur le terrain. »

Les évêques déclarent leur intention de rencontrer en personne le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir, et tous les autres responsables politiques et militaires concernés, « avec le message d’une nécessité de voir une action, pas seulement un dialogue pour le dialogue ». Gabriel Yai de Caritas a dit que « la communauté internationale a besoin de faire plus pression sur les parties en guerre pour qu’elles arrêtent les combats. »

Les évêques présentent leur proposition de se joindre aux églises partenaires du Conseil des Eglises du Soudan du Sud et dans les pays voisins pour se réunir avec les dirigeants du Kenya, de l’Ouganda, de l’Ethiopie et du Soudan et appuyer le Plan d’Action pour la Paix (APP en anglais) du Conseil. L’initiative s’appuiera aussi sur l’influence des organismes catholiques régionaux et du Vatican à l’échelle internationale. Cette semaine, le Pape François a déjà exhorté à l’action en faveur du Soudan du Sud.

Les évêques concluent avec un message de solidarité envers leur peuple : « Nous avons entendu ce que Dieu nous dit à travers vous et à travers vos souffrances… Vous n’êtes pas abandonnés. »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.