Des innovations écologiques de Caritas Danemark aident les personnes à sortir de la pauvreté

Caritas travaille à diverses innovations pour contribuer à apporter un secours respectueux de l’environnement, transparent, et recourant aux bonnes pratiques, pour les communautés du monde entier.

En vue de la Conférence de l’ONU sur le changement climatique à Katowice, Pologne (2-14 décembre), l’organisation Caritas Caritas Danemark peut présenter:

  • un nouvel épurateur d’eau à énergie solaire
  • une cuisinière à énergie solaire
  • des plans pour évaluer les besoins en formation des partenaires locaux, pour prendre part à l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide.

Un sac en plastique qui peut purifier l’eau une fois exposé à la lumière du jour

One of the women in Uganda who will by trying out the solarsack.

Solarsack.

Caritas et la start-up danoise Solarsack ont lancé un projet visant à porter l’eau potable dans les pays en voie de développement et à soutenir l’économie locale, en réduisant le besoin de bois de chauffage pour faire bouillir l’eau.

Solarsack a inventé un sac en plastique qui peut purifier l’eau en l’exposant à la lumière du jour. Chaque sac peut contenir quatre litres d’eau, qui se purifient en quatre heures une fois exposés au soleil.

Cette solution à bas cout, portative, peu énergivore est maintenant prête à être testée en Ouganda avec un partenaire de Caritas, la Community Integrated Development Initiative (CIDI).

La première phase du projet comprend la mise en place et l’observation de l’utilisation du Solarsack dans les villages ruraux et les camps de réfugiés à Kyangwali, dans l’ouest de l’Ouganda.

« Pour cette première phase, nous nous concentrons sur les utilisateurs potentiels, pour voir ce dont ils ont besoin pour comprendre comment utiliser correctement le produit », dit Alexander Løcke, fondateur et PDG de Solarsack.

« En même temps, nous chercherons à comprendre dans quelle mesure ils considèrent le produit comme une solution appropriée et pertinente pour avoir accès à l’eau potable », ajoute-t-il. « Cela nous permettra de clarifier le besoin d’éventuels changements du design, ainsi que la prédisposition de l’utilisateur à payer pour le produit. »

Alexander from solarsack helps train people in Uganda in how to use the solar powered water filter.

Solarsack en Uganda.

La seconde phase du projet devrait se dérouler durant le printemps 2019. À ce stade, 1000 sacs solaires seront distribués pour une phase test en Ouganda, au Tchad et en Birmanie.

La troisième et dernière phase, devrait se dérouler au cours de cette même année. À ce moment, le modèle commercial sera aussi prêt à être testé. Elle se concentrera sur les groupes de femmes d’épargne et de crédit soutenus par Caritas, qui vendront les Solarsacks à travers un modèle commercial basé sur le modèle de Tupperware, ce qui permettra à la fois de former une économie locale et de résoudre le problème du manque d’accès à l’eau potable.

Une cuisinière à énergie solaire qui réduit le besoin de bois de chauffage

Caritas Denmark helped test the solar cookers in Uganda.

Caritas et Pesitho, une nouvelle entreprise socio-économique danoise impliquée dans la fourniture de solutions à énergie solaire hors-réseau aux populations les plus démunies du monde, se sont associés dans le but de porter des cuisinières à énergie solaire aux communautés.

Pesitho a développé l’ECOCA, qui fournira une solution potentielle à la déforestation ayant cours dans beaucoup d’endroits du monde, en particulier aux alentours de beaucoup de camps de réfugiés.

L’ECOCA est en même temps une cuisinière solaire et un système solaire domestique, qui consiste en une cuisinière électrique sur la partie supérieure, un groupe de batteries et un réseau de panneaux solaires.

Il est fourni avec une casserole fortement isolée qui permet à la nourriture de rester chaude des heures durant. La cuisinière utilise des panneaux solaires compacts et de petite taille pour générer l’électricité qui est ensuite stockée dans les batteries incorporées.

Dans sa configuration standard, une famille sub-saharienne moyenne couvrira facilement ses besoins cuisiniers quotidiens grâce à cette cuisinière, et le groupe de batteries est suffisant pour garantir un fonctionnement efficace de la cuisine même plusieurs heures après la tombée du jour.

La cuisinière est aussi dotée d’un port USB standard pour par exemple charger son téléphone portable, et d’une prise de courant pour de petits appareils comme un rasoir. L’unité est dotée d’une lumière LED, ce qui facilite les activités d’intérieur telles que l’éducation et les travaux manuels après le coucher du soleil, sans devoir recourir aux habituels carburants. De cette manière, l’ECOCA fonctionne aussi comme source de courant de la famille, sans autres couts opérationnels.

La cuisinière a été dessinée pour être d’un prix abordable, ce qui rend son achat accessible aux organisations gouvernementales, aux organisations humanitaires, ou même aux citoyens.

Sa fonctionnalité a été vérifiée au Danemark, mais le produit sera encore testé par les partenaires de Caritas en Ouganda et en Birmanie, de janvier à avril 2019. Cent cuisinières seront distribuées aux foyers les plus vulnérables dans deux camps de réfugiés / déplacés internes.

Un examen à mi-parcours sera effectué par Caritas Danemark et Pesitho début mars 2019. D’ici mai 2019, des étudiants en ingénierie de l’université d’Aarhus recueilleront les données de ces 100 foyers pour évaluer le produit pilote. Sur la base des résultats de ce test, Pesitho pourra optimiser son produit, pour mieux répondre aux besoins de ces marchés, par exemple en termes de taille des batteries et des panneaux solaires.

Une fois le test effectué, le but est de copier la mise en place partout en Ouganda et dans d’autres pays où il y a une demande pour ce type de produit. La Birmanie, le Bangladesh, le Tchad et le Niger sont autant de candidats potentiels pour la phase suivante.

Il se pourrait qu’il faille du temps avant qu’une production locale soit établie et suffisamment mûre pour les marchés concernés. Voilà pourquoi dès que le test en Ouganda et en Birmanie sera complété avec succès, Pesitho lancera une production à grande échelle comme solution temporaire, dans l’attente d’un lancement de la production au niveau local.

Évaluation des besoins en formation pour l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide

Caritas fait partie de l’Initiative internationale pour la transparence de l’aide (IITA), une initiative mondiale visant à améliorer la transparence des ressources de développement et humanitaires et leurs résultats dans la lutte contre la pauvreté et la résolution des crises.

Pour que Caritas honore ses engagements internationaux, elle doit contribuer à trouver des moyens rentables de soutenir les partenaires locaux, en publiant leurs données dans le registre de l’IITA.

Par conséquent, Caritas évalue le besoin de soutien à l’IITA parmi ses partenaires locaux en Ouganda, dans le but de créer ensuite des centres de service du secteur privé pour offrir des formations.

Sur la base de cette mini-étude des besoins de ses partenaires locaux, Caritas Danemark va élaborer une approche pour fournir des services de conseil sur l’IITA, avec une phase pilote prévue en Ouganda en 2019.

Cette phase pilote visera à créer des capacités permanentes au niveau national pour rendre les services de conseil sur l’IITA accessibles à toutes les autres organisations de la société civile (OSC), au-delà des partenaires de Caritas.

L’étude cherchera à identifier les motivations et les attentes des OSC sélectionnées envers la publication de leurs données à travers l’IITA.

Elle permettra aussi de voir quelles sont les inquiétudes quant à la transparence, dans un contexte où la société civile a toujours moins de place, et de recommander des solutions pour une publication à travers l’IITA sans avoir à s’inquiéter.

Les résultats de cette phase pilote devraient être utiles mondialement pour les éditeurs de l’IITA et autres parties prenantes engagées envers la transparence de l’aide et qui sont confrontés aux mêmes défis et sont motivés pour renforcer les capacités de l’IITA ailleurs.

Pour Caritas, un élément significatif de cette initiative est le fait qu’elle permettra aux OSC locales de fournir des données au même niveau que les ONG internationales, ce qui leur donnera les mêmes possibilités de montrer leurs résultats aux donateurs et autres acteurs intéressés.