AGIR MAINTENANT POUR ENRAYER LA FAMINE AU SUD-SOUDAN

Mothers wait in line, as their young ones lay asleep in their arms, during an aid distribution in Yambio, South Sudan. Credit. Caritas

Des mères font la queue avec leurs bébés endormis dans les bras, durant une distribution à Yambio, Sud-Soudan.Credit. Caritas

Les populations bloquées dans les zones en proie au conflit au Sud-Soudan courent le risque de souffrir de la famine dès le début de l’année prochaine si les mesures nécessaires ne sont pas prises d’ici là. La Confédération Caritas a lancé un appel d’urgence en vue de réunir €2.5 millions (US$3 millions) pour venir en aide à 50.000 personnes parmi les plus démunies

Faites un don en réponse à cet appel

« De nombreuses personnes sont dans une situation de totale détresse, en particulier celles qui se retrouvent piégées dans les zones de conflit », dit Gabriel Yai, directeur de Caritas Sud-Soudan.

« La saison des pluies a rendu les choses encore plus difficiles pour ceux qui se trouvent dans les camps de l’ONU, et cela ne peut qu’empirer à l’approche de l’hiver, notamment dans les Etats du Haut-Nil et de Jonglei ».

Depuis décembre les combats ont obligé 1,7 million de personnes à abandonner leurs maisons, et 4 millions de personnes souffrent de la faim. L’Eglise Catholique sud-soudanaise a déclaré le mois dernier que la guerre au Sud-Soudan était « immorale », affirmant que les massacres ethniques à grande échelle avaient déclenché un cercle vicieux de peur et de revanche, chaque tribu se croyant apte à revendiquer « le droit de gouverner ».

« lI n’y a aucune justification morale à la poursuite des massacres. Nous ne pouvons accepter aucune excuse ni aucune condition de la part des partis ou des individus, quels qu’ils soient, pour continuer la guerre. Les combats et les massacres doivent cesser immédiatement et ce, sans conditions. Il est certain qu’il faudra donner une réponse aux doléances politiques ou autres, mais seulement lorsque les combats auront cessé » – Les Evêques catholiques du Sud-Soudan.

Le conflit en cours, à quoi s’ajoutent le manque de précipitations et la pénurie des semences, font craindre un faible rendement des récoltes pour la fin de l’année 2014.

Les perspectives pour 2015 sont préoccupantes au plus haut point, alors qu’il est prévu que 2,5 millions de personnes se trouveront dans une situation d’urgence alimentaire sévère entre janvier et mars. La situation pourrait déraper vers la famine si l’aide appropriée n’est pas fournie.

« Cartias Sud-Soudan peut accéder à certaines zones de la région du Haut-Nil, mais nous ne disposons pas des ressources appropriées. Nous avons besoin d’aide pour pouvoir atteindre les plus démunis au Sud-Soudan », dit Gabriel Yai.

Caritas va se concentrer sur un certain nombre de types d’aide, comprenant de la nourriture, de l’eau potable, l’hygiène, des abris, la santé et un soutien psychologique. Les programmes seront présentés dans les sept diocèses du Sud-Soudan.

L’appel vise à aider les personnes qui le peuvent à rentrer dans leurs lieux de résidence, et à fournir une aide d’urgence à ceux qui continuent à subir la crise.
Une formation sera dispensée dans différents secteurs afin de permettre aux personnes de devenir davantage autosuffisantes. Des semences et des outils seront distribués afin de les aider à parvenir à l’autosuffisance alimentaire.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.