Le rôle critique de l’Église dans la réponse au cyclone au Vanuatu

Crédit: Act for Peace

Crédit: Act for Peace

Caritas Australie et Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande mènent la réponse de Caritas Internationalis au Vanuatu avec l’Église catholique après que le passage du cyclone Pam, qui a dévasté cette île du Pacifique.

Le Diocèse de Port Vila a mis sur pied un Comité de réponse à la catastrophe pour évaluer les dégâts et planifier une réponse coordonnée. L’abri est la principale priorité et beaucoup d’églises sont utilisées comme centres d’évacuation.

« À Port Vila, la destruction est partout, et il n’y a pour l’instant aucune nouvelle des alentours de l’île », a dit l’Évêque de Port Vila, John Bosco Baremes SM depuis la capitale dévastée. « C’est simple, il n’y a plus d’abris, tellement les choses ont été soufflées, et les gens vont avoir besoin d’endroits où se réfugier, le temps de tout reconstruire. »

Le cyclone Pam a viré à l’ouest de son itinéraire prévu, et beaucoup d’îles se sont ainsi retrouvées près de l’œil du cyclone. Près de 90 pourcents des constructions sur l’une des principales îles du Vanuatu ont été détruites ou endommagées.

La Directrice des programmes Pacifique de Caritas Australie, Stephanie Lalor, est sur le terrain pour aider à coordonner les efforts de secours humanitaire, aux côtés de Mark Mitchell, Coordinateur des programmes humanitaires de Caritas Aotearoa Nouvelle-Zélande.

Mark Mitchell dit : « Le Comité de catastrophe [de l’Église] évalue les besoins et travaille pour organiser la réponse. Un certain nombre de commerces sont ouverts à Port Vila, et les routes sont nettoyées. Les opérations de nettoyage vont bon train et les gens sont très actifs. »

Caritas dit que cette catastrophe est sans précédent pour le Vanuatu et que l’Église joue un rôle critique pour ce qui est d’atteindre les communautés les plus vulnérables, en particulier celles aux marges des îles extérieures.

« À notre arrivée au Vanuatu, la sensation était angoissante déjà depuis l’avion : au débarquement dans cette capitale pratiquement sans voir aucune lumière publique, on percevait bien qu’une bonne partie de la ville avait été durement frappée », dit Mme Lalor.

« Le matin suivant je me suis réveillée et j’ai vu la dévastation autour de moi. De fait, je cohabite avec une des membres de notre organisation partenaire, le Diocèse de Port Vila, et elle vient d’une zone qui a été sévèrement frappée ; elle-même a été affectée, puisque la moitié de son toit a été emporté. »

« Une fois que nous aurons répondu aux besoins immédiats suite au cyclone, nous nous engageons à accompagner le Vanuatu et les autres nations du Pacifique qui restent vulnérables tout au long de la saison des cyclones. »

Pour l’interview avec Mark Mitchell, contacter le Conseiller en Communications, Marketing et Collecte de fonds de CANZ – Crispin Anderlini (crispin@caritas.org.nz / M : +64 21 190 9908). Pour le suivre sur Twitter : @markmitchell316
Pour l’interview avec Stephanie Lalor, contacter la Conseillère médiatique de CA– Nicole Clements (nicolec@caritas.org.au / M : +61 408 869 833).

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.