Échec à la conférence de l’ONU sur le changement climatique COP 24

Les délégués à la conférence annuelle de l’ONU sur le changement climatique ne sont pas parvenus à en arriver à une forte détermination pour des actions essentielles pour sauver notre planète.

Les Conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, plus connue sous le nom de COP, s’est réunie dans la ville polonaise de Katowice, du 2 au 14 décembre 2018. Cette réunion se tenait après la publication d’un Rapport spécial du groupe d’experts internationaux sur le changement climatique sur le scénario d’un réchauffement global de 1,5°. Ce rapport montrait l’urgence d’une ambition supérieure et le besoin d’une transformation de l’économie au niveau mondial.

En savoir plus sur comment Caritas soutient de projets de technologie verte pour contrer les causes et les effets du changement climatique.

Caritas est déçue par la réticence de certains gouvernements d’endosser les conclusions du Rapport spécial de l’IPCC. Nous croyons que ce rapport est une base scientifique pour une action climatique résolue. « Des positions politiques jusqu’au-boutiste – qui souvent cachent des intérêts économiques  – en ont affaibli l’issue est en ont fait un paquet insuffisant pour protéger les générations présentes et futures d’un désastre environnemental », a dit Adriana Opromolla, responsable du plaidoyer sur la sécurité alimentaire et le changement climatique pour Caritas Internationalis.

Le dialogue Talanoa, un nouveau style « autochtone » pour promouvoir un dialogue plus ouvert dans le processus officiel, est le bienvenu. Cependant, on ne comprend toujours pas bien comment cela peut conduire à un réel changement pour les plus pauvres. Caritas espère toutefois que cet état d’esprit sera maintenu dans la préparation du Sommet climatique 2019 du Secrétaire Général de l’ONU. Nous voulons voir le dialogue s’améliorer, avec une participation significative des communautés présentes sur la ligne de front et de la société civile. Nous pensons que cela pourrait conduire à des engagements concrets.

Les droits de l’homme pas réfléchis dans les décisions de la COP

Les personnes vulnérables voient leurs droits humains constamment menacés par les effets du changement climatique. Le préambule de l’Accord de Paris a réaffirmé un ensemble de principes, y compris les droits des peuples autochtones. La sécurité alimentaire, la transition et l’équité intergénérationnelle ont aussi été incluses. Caritas est déçue que les décisions finales de la COP24 ne reflètent pas ces droits essentiels. Nous sommes inquiets de voir les gouvernements débattre encore de principes aussi fondamentaux.

Cependant, la participation publique et l’invitation aux gouvernements à considérer les communautés locales et autochtones et le savoir traditionnel dans la planification des projets climatiques est une première étape en direction de plans climatiques inclusifs. Caritas salue l’initiation de la « Plateforme des communautés locales et autochtones ». Nous espérons que cela permettra à l’expérience des communautés traditionnelles d’influencer les décisions sur le climat. La reconnaissance du droit à la terre des populations autochtones est l’une des façons les plus efficaces pour protéger les puits de carbone et pour limiter l’impact du changement climatique.

Sur les aspects financiers, nous saluons la conclusion qui rappelle le besoin d’accroitre la mobilisation de ressources de la part des pays développés, y compris les financements destinés aux mesures d’adaptation. Cependant, les ressources à disposition sont toujours insuffisantes pour soutenir les efforts des pays en voie de développement ou pour appuyer leurs plans d’adaptation. La conférence n’est pas non plus parvenue à clarifier comment l’objectif climatique financier sera concordé après 2025. Le refus d’inclure toute référence à la question des « pertes et dégâts » dans la conclusion finale est un retour en arrière inquiétant.

Caritas invite les pays développés à tenir leurs promesses aussi tôt que possible. Entre-temps, ils devraient prendre des engagements ambitieux vis-à-vis des finances du climat. Cela serait une expression de responsabilité et de solidarité envers les communautés qui déjà souffrent intensément des effets du réchauffement global.

Suivez le compte Twitter de Caritas pour d’autres réactions sur la conférence COP24.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.