La crise de l’Ébola exige une réponse plus importante

Le membre Caritas CRS a fourni un financement pour aider à réhabiliter ce cimetière de Freetown, au Sierra Leone. Alors que la propagation de l’Ébola continue à un taux alarmant, les ensevelissements faits dans la sécurité et la dignité se font de plus en plus rare. Photo de Michael Stulman / Catholic Relief Services

Le membre Caritas CRS a fourni un financement pour aider à réhabiliter ce cimetière de Freetown, au Sierra Leone. Alors que la propagation de l’Ébola continue à un taux alarmant, les ensevelissements faits dans la sécurité et la dignité se font de plus en plus rare. Photo de Michael Stulman / Catholic Relief Services

Caritas déclare qu’une action urgente est requise pour répondre à la crise humanitaire provoquée par l’épidémie d’Ébola en Afrique de l’Ouest. Caritas et d’autres experts sanitaires de l’Église catholique se rencontreront le 4 novembre à Rome pour débattre de l’intensification de leurs efforts.

Caritas accroit d’ores et déjà ses activités dans la région en distribuant des kits d’hygiène aux familles, en formant le clergé et d’autres communautés, en diffusant des messages à la radio et en fournissant de la nourriture aux familles dont les moyens de subsistance ont été affectés par la crise.

« À ce stade, il ne s’agit plus seulement de prévenir l’Ébola. Nous sommes aussi appelés à nous occuper des milliers de personnes saines qui étaient déjà pauvres, qui n’ont pas accès aux soins de santé pour d’autres maladies et dont les vies ont été bouleversées par cette crise », a déclaré Monseigneur Robert J. Vitillo, Conseiller Sanitaire de Caritas Internationalis, qui est récemment rentré du Libéria.

« C’est d’une urgence extrême. Nous devons renforcer la réponse de Caritas et notre collaboration avec d’autres organisations de l’Église catholique aussi vite que possible. Nos frères et sœurs ne peuvent pas attendre », a dit Monseigneur Vitillo.

[Tweet «  »Nos frères et sœurs ne peuvent pas attendre » #caritas #ebola »]

« Les organisations Caritas locales et nationales ont été sur place depuis le début, fournissant une éducation à la prévention au sein des communautés, et d’autres services. À présent, nous devons élargir nos efforts pour affronter les besoins économiques et sociaux complexes des familles qui sont plus que jamais appauvries, tout cela à cause de la crise de l’Ébola », a-t-il dit.

Le sommet de Rome comprendra des rapports provenant directement du terrain à travers une participation à distance depuis la Guinée, le Sierra Leone et le Libéria. Le Dr Timothy Flanigan, Professeur de Médecine des maladies infectieuses aux USA, participera en personne à la réunion, après plus de deux mois passés à former les travailleurs sanitaires au Libéria. Des représentants d’ordres religieux servant en Afrique de l’Ouest y prendront aussi part.

La réunion couvrira des sujets comme les besoins des travailleurs dans les cliniques catholiques rurales ; l’aide alimentaire pour les familles en quarantaine ; les options éducatives quand les écoles sont fermées ; et le soin et la protection des orphelins de l’Ébola.

« Nous devons aussi répondre aux réactions de panique mondiale et de stigmatisation à l’encontre des Africains de l’Ouest, des personnes émigrants de la région, et même des travailleurs de la santé bénévoles à leur retour. »

Les médias sont invités à participer à une conférence de presse avec Monseigneur Vitillo, le Dr Flanigan et d’autres le 4 novembre à 14h00 dans le hall du Conseil pontifical pour la Justice et la Paix, 16 Palazzo San Calisto. Pour l’admission, veuillez obtenir un identifiant auprès de la Sala Stampa du Saint-Siège ou envoyer votre nom à Laura Sheahen : sheahen@caritas.va.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.