La crise alimentaire en Afrique de l’Ouest menace 6 millions de personnes

Caritas Internationalis lance un appel urgent à l’aide pour les millions de personnes affectées par une crise humanitaire en pleine croissance dans la région du Sahel, en Afrique. Près de 6 millions de personnes au Burkina Faso, au Tchad, au Mali, en Mauritanie, au Niger et au Sénégal ont de la peine à satisfaire leurs besoins alimentaires quotidiens. Une grave malnutrition menace la vie de 1,6 million d’enfants. C’est la pire crise se produisant dans la région depuis 2012. Caritas craint que la situation ne se détériore encore davantage dans les mois à venir, qui seront critiques.

Au village d’Angoual Tanko au Niger, Sakina Mato est membre d’une entreprise de traitement de cacahuètes, qui recourt aux outils et formations reçus dans le cadre du projet PASAM-TAI de Catholic Relief Services. L’huile tirée des cacahuètes est vendue au sein de la communauté, et les membres se partagent les bénéfices de ces ventes. Photo de Michael Stulman / CRS

Cette dernière urgence a été provoquée par une carence de précipitations qui a à son tour causé un manque d’eau et de pâturages et une baisse des récoltes, ainsi que des pertes de têtes de bétail. Les éleveurs ont été contraints de commencer leurs mouvements saisonniers de bétail quatre mois à l’avance et sur de plus longues distances que d’habitude. La sécurité alimentaire s’est rapidement détériorée dans l’ensemble de la région et les stocks de nourriture pour des millions de personnes sont épuisés. Beaucoup de personnes subissent des épreuves extrêmes telles que le manque de possibilités d’emploi, la hausse du prix des aliments, le déplacement et l’extrémisme violent.

La malnutrition aiguë sévère dans les six pays précités a augmenté de 50 pourcents depuis l’an dernier. Un enfant de moins de cinq ans sur six a à présent besoin d’un traitement urgent pour ne serait-ce que survivre. Les familles réduisent le nombre de repas, retirent leurs enfants de l’école et renoncent à certains services de santé fondamentaux pour économiser l’argent nécessaire à leur alimentation. Sans une aide immédiate de plus grande ampleur, beaucoup de vies seront en danger et les moyens de subsistance de milliers de familles seront anéantis, car ce cycle alarmant d’adversités au Sahel ne montre aucun signe d’apaisement.

Il y a un besoin urgent d’aide alimentaire au Niger

Caritas Développement Niger (CADEV) fait savoir que de violentes attaques de militants de Boko Haram ont encore aggravé la situation, des dizaines de milliers de personnes ayant été contraintes de fuir de chez elles dans la région de Diffa, au sud-est du Niger. Diffa est l’une des régions les plus pauvres du monde et les femmes et les enfants y représentent 85 des réfugiés et des déplacés internes.

Raymond Yoro, secrétaire général de CADEV, dit que la situation est désastreuse. « La situation humanitaire au Niger empire de jour en jour à cause de la crise sécuritaire à Diffa, Tillabery et Tahoua », dit Yoro. « Le nombre de nécessiteux est passé à 2,3 millions, une croissance de 400 000 par rapport à 2017. »

Yoro dit que selon les estimations, 1,4 million de personnes auront besoin d’une aide alimentaire au Niger en 2018. CADEV est particulièrement inquiète pour plus 380 000 enfants en bas âge souffrant de malnutrition aigüe sévère (MAS) et 922 000 autres de malnutrition aigüe modérée (MAM).

A Diffa, CADEV souhaite renforcer la résilience de 1500 foyers à travers des transferts en espèces sans conditions, en garantissant aux enfants déplacés l’accès à des centres de loisirs et en aidant 500 femmes et 200 jeunes au travers d’activités génératrices de revenus.

Au village d’Angoual Tanko au Niger, Hadjia Sahou Idi prend soin de têtes de bétail fournies par Catholic Relief Services. Photo de Michael Stulman / CRS

Urgence alimentaire au Burkina Faso

Au Burkina Faso, la situation est elle aussi critique. Caritas dit que la malnutrition aigüe concerne six provinces – Soum, Namentenga, Gnagna, Komandjoari, Boulkiemde et Kourweogo. Les familles s’agrippent à leurs économies limitées pour survivre et plus de 80 000 d’entre elles sont considérées comme étant en phase d’urgence alimentaire.

L’abbé Constantin Safanitié Sere, secrétaire général de Caritas Burkina, dit que la situation est la pire qu’ait connu le Burkina Faso depuis la crise humanitaire de 2012. Le prix des céréales croît, et l’impact du changement climatique et des attaques terroristes dans diverses régions s’ajoute aux nombreux problèmes auxquels sont confrontés beaucoup de déplacés.

Caritas s’engage à aider les plus vulnérables à travers une aide alimentaire et une protection de leurs moyens de subsistance, et pense pouvoir aider 2000 foyers. « Si le projet n’est pas entièrement financé, cela aurait un effet dévastateur, en particulier pour les foyers vulnérables qui ne peuvent pas survivre sans aide. Dans ce cas, nous devrions donner la priorité aux groupes les plus vulnérables, donc les enfants, les femmes enceintes, les femmes allaitantes et les personnes souffrant de handicaps », dit-il encore.

Un demi-million de personnes sont menacées de famine

En Mauritanie, les taux de malnutrition aigüe sévère sont au plus haut niveau depuis 2008 et un demi-million de personnes sont menacées de famine. Selon une enquête menée en février, 147 507 personnes souffriraient de malnutrition aigüe. Caritas Mauritanie va travailler à Gorgol et Brakna en y fournissant de la nourriture et une aide agricole à 23 300 personnes.

« Malgré l’espoir qu’ont amené les quelques gouttes de pluie tombées çà et là, la situation humanitaire reste inquiétante dans beaucoup de zones rurales », selon Caritas Mauritanie. L’accès à une nourriture adéquate et à l’eau potable reste le problème numéro un et Caritas travaille pour protéger les moyens de subsistance des personnes, tout en fournissant une aide alimentaire et autre.

« Vu que le nombre de crises augmente dans divers pays, notre souci est que nous risquons à l‘avenir de devoir « prioriser » les souffrances à cause du manque de ressources financières », dit Caritas Mauritanie. « Cela serait dramatique, car cela reviendrait à choisir qui laisser mourir. »

Caritas Mauritanie incite ses partenaires à fournir une aide financière, afin de pouvoir mettre en œuvre son programme d’urgence pour venir en aide aux personnes dans les zones locales et éviter aussi leur migration vers les grands centres urbains.

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.