Appel lancé pour les survivants du typhon aux Philippines

Jessie ne peut s’empêcher de regarder fixement les débris de sa maison. Elle a été détruite par le super typhon Mangkhut qui a traversé les Philippines au début du mois. Plus d’un million et demi de personnes ont été touchées.

« Je me sentais vraiment mal de devoir déblayer les décombres de ce qu’il est resté de notre maison », déclare Jessie, âgé de 50 ans et travailleur de la construction de Baguio, aux Philippines. « Ce n’est pas ce que je fais. Je construis des maisons. Je ne les démolis pas. »

Jesse from the Philippines says, "I construct houses. I don't put them down."

« Je construis des maisons. Je ne les démolis pas », dit Jessie.

Le typhon Mangkhut a frappé les Philippines le 15 septembre, avec des vents allant jusqu’à 225 km/h. Il a provoqué la mort de plus de 80 personnes et entraîné des glissements de terrain, des crues soudaines et la destruction des habitations, des infrastructures et des récoltes.

Répondez par un don à l’appel de Caritas pour les survivants du typhon aux Philippines

La tempête, connue localement sous le nom de typhon Ompong, a principalement endommagé le nord et certaines parties du centre et du sud de Luçon, l’une des principales îles des Philippines. Dans cette zone, des vagues de tempête allant jusqu’à six mètres de haut ont submergé les zones côtières.

Comment Caritas aide les survivants des typhons aux Philippines

Caritas, en collaboration avec le gouvernement et d’autres organisations humanitaires, a effectué de nombreux préparatifs avant que le typhon ne touche terre. Nous avons mis en place des centres d’évacuation et prépositionné des kits de secours d’urgence.

Richard Forsythe, Coordinateur principal des programmes de Caritas Australie pour les situations d’urgence, dit que la formation au sein des communautés à la réponse rapide et à la préparation à long terme aux catastrophes a aidé de nombreuses personnes gravement touchées par le typhon.

The local Caritas team packs the initial relief goods for distribution to families in the evacuation centers in Ilagan, Isabela.

L’équipe locale de Caritas emballe les articles de première nécessité pour les distribuer aux familles dans les centres d’évacuation à Ilagan, dans la province d’Isabela.

« Les Philippines sont un pays où beaucoup de personnes sont catholiques et où il existe un vaste réseau d’églises », déclare M. Forsythe. « Comme nous sommes intégrés dans les églises locales qui font partie du tissu social des communautés, nous avons souvent été les premiers à pouvoir intervenir et fournir de la nourriture, de l’eau et des abris aux plus démunis. »

En déployant des équipes d’évaluation rapide et un centre d’opérations, Caritas a aidé à évaluer les dégâts causés par les tempêtes. Nous avons également aidé à fournir des aliments essentiels, tels que des conserves et du riz, ainsi que des kits d’hygiène.

« Immédiatement, nous avons pu fournir à plus de 3000 personnes des secours alimentaires dans les six diocèses les plus durement frappés », déclare le Père Edwin A. Gariguez, Secrétaire exécutif de NASSA/Caritas Philippines.

Caritas a également mis en place immédiatement après la catastrophe et par l’intermédiaire de prestataires de services financiers privés un système de transfert d’argent aux familles affectées.

Être prêt pour la tempête

The Caritas network was in the Philippines before and during the typhoon, and now it is working to help people like Jessie who had their lives turned upside down by the storm.

Mangkhut affected 388,136 families, or around 1,633,746 people, according to government statistics, with 32,320 families still in evacuation centres. The typhoon damaged an estimated 223 million euros worth of crops, with rice, corn, vegetables among the worst hit.

With buildings, roads, water, electricity and communication systems destroyed, much humanitarian work remains to be done.

“Now we need to provide them with more sustainable aid: shelter, livelihood support and enough emergency preparedness skills to respond to future disasters,” said Fr. Gariguez.

“And we are not just talking about our social action centres, but more importantly, about our communities’ capacities to bounce back,” he added.

Many of the worst affected people come from the most impoverished communities in the Philippines.

Répondez par un don à l’appel de Caritas pour les survivants du typhon aux Philippines

Des maisons détruites par le typhon Mangkhut

Yolanda, 40 ans, résidente de Bantaway, à San Vicente, dans la province d’Ilocos Sur, vivait avec sa famille dans un abri de fortune avant que la tempête ne frappe la région.

« Nous venons de réarranger notre maison. Le typhon Mangkhut l’avait complètement rasée. « Réarranger » parce que nous n’avons vraiment rien pour en construire une », dit-elle.

"<yoastmark

Pendant que les travailleurs de Caritas évaluent les besoins en aide de la région après la tempête, Yolanda désigne du doigt sa nouvelle maison improvisée et déclare : « Tout cela est fait de déchets, tout comme la vieille maison que nous avions. »

Yolanda, son mari et leurs quatre enfants ont vécu dans leur ancienne maison pendant quatre ans, avant le typhon. « Nous faisons partie des habitants informels de notre barangay (quartier) », dit-elle. « Le lot adjacent est à vendre, mais nous n’avons pas d’argent pour acheter le terrain. Alors nous faisons avec ce que nous avons. »

La terre et les moyens de subsistance ont également été détruits par le typhon

Au cours de sa mission d’évaluation, Caritas a rencontré d’innombrables personnes ayant besoin d’aide. L’un d’eux, Orland, âgé de 37 ans, a perdu non seulement sa maison dans la tempête mais aussi sa source de revenus.

Orland lost his home and his only source of income. Photo by: Syrel Espineda/NASSA/Caritas Philippines

Orland a perdu sa maison et sa seule source de revenus. Photo de Syrel Espineda, NASSA/Caritas Philippines

« Je dois tout recommencer à zéro car en quelques heures, le typhon Mangkhut a tout balayé sur son passage, tout ce qui était important pour moi », dit-il.

Emerita, âgée de 31 ans, agricultrice de Caoayan dans la province d’Ilocos Sur, se lamente que le typhon Mangkhut ait dévasté ses rizières : « Avant le typhon, nous attendions une récolte d’au moins six sacs de riz mais maintenant, nous ne savons même pas si nous pourrons en récupérer un seul sac. »

« Le plus triste, c’est que la terre n’est pas à nous », ajoute-t-elle. « Chaque fois que nous faisons la récolte, nous sommes obligés de donner un sac au propriétaire du terrain en guise de paiement pour l’utilisation de la terre. Qu’allons-nous lui donner maintenant ?

Typhoon Mangkhut severely damaged Emerita's rice fields

Le typhon Mangkhut a causé de graves dégâts dans les rizières d’Emerita

Emerita dit qu’elle et son mari ont besoin à présent d’un peu plus d’argent qui les soutienne dans les mois à venir. « Nous faisons appel à votre pitié. Aidez-nous à rétablir nos moyens de subsistance », supplie-t-elle.

Pour aider Emerita et les autres personnes touchées par le typhon, Caritas a lancé un appel de fonds mondial qui subvienne par de la nourriture, des articles non alimentaires, des abris, des moyens de subsistance et un renforcement des capacités aux besoins de redressement rapide de près de 3000 familles.

S’il vous plaît faites un don aujourd’hui

Néanmoins, les intérêts de Caritas aux Philippines sont à long terme. « Nous avons fait de notre mieux pour inciter le gouvernement et les agences d’aide humanitaire à intégrer une réponse avec des programmes de développement à plus long terme », dit le Père Gariguez. « Nous sommes le pays le plus exposé aux catastrophes au monde. »

Faire Un Don


Merci de votre don généreux à Caritas. Votre soutien rend notre travail possible.

Prier


Caritas a réuni un ensemble de prières et de recueils à utiliser à votre guise.

Se Porter Volontaire

Les volontaires apportent une contribution cruciale à notre travail. Découvrez comment devenir volontaire.